Éloge du Puy du Fou : mémoire et beauté


Le Puy du Fou, deuxième parc français, accueillant deux millions de visiteurs par an et élu plusieurs fois meilleur parc du monde1, est un formidable vecteur de transmission de « l’esprit français » que toutes les institutions ont renoncé depuis bien longtemps à inspirer.

Fondé par Philippe de Villiers, alors jeune énarque, rien ne présage au départ de la réussite d’un rêve aussi fou2 ! La Vendée est initialement un territoire peu dynamique et oublié de l’Histoire. Son glorieux passé contre-révolutionnaire n’est pas enseigné. En créant la Cinéscénie, il crée quelque chose de complètement nouveau : à la fois spectacle vivant et son et lumière, il restaure un patrimoine, le château du Puy du Fou et fait vivre la mémoire vendéenne.

Aujourd’hui, le parc s’exporte à l’étranger avec l’ouverture en 2021 d’un grand parc en Espagne et d’autres projets sont à venir. Le Puy du Fou attire des visiteurs de toute la France et au-delà, pas seulement des catholiques, nostalgiques de l’Ancien régime et de la Contre-Révolution, il attire des familles et des amis de différentes sociologies, des gens à gauche comme à droite. Tout ce monde côtoie alors les récits chevaleresques, les romances comme on ne les connait plus dans les fictions modernes, les villages d’époque avec l’artisanat qui revit.

Le parc nous conte le récit de l’Histoire de France que l’Éducation nationale a abandonné au profit de la repentance. Le Puy du Fou, certes par des spectacles romancés, nous redonne confiance dans notre passé glorieux. Le monde moderne, en effet, nous présente le passé comme obscur, le Puy du Fou, par des techniques modernes, nous rend le passé plus lumineux. Il fait naître chez beaucoup de visiteurs des interrogations historiques, qui pourront peut-être mûrir avant de construire de formidables idées : l’époque des rois de France était-elle si terrible ? Pourquoi les Vikings se sont-ils convertis au christianisme ? … Et pour beaucoup de visiteurs, c’est la découverte des massacres commis par la Révolution française.

Surtout, le Puy du Fou, c’est aussi la beauté, et ce par tous les moyens, pas seulement visuels : la musique classique est omniprésente, et l’écriture est parfaitement maitrisée. Le spectacle des Mousquetaires de Richelieu ou la Cinéscénie en sont d’excellents témoins. Pourtant, cette écriture moderne n’est rien à côté de ce que nous avons perdu, mais dans le monde moderne, elle est bien au-dessus de la plupart des auteurs. Villiers, le sachant sans doute, a justement tenu à créer les jardins de la Fontaine pour que les visiteurs écoutent attentivement les fables du poète ! Dans une société du rap, de l’art contemporain et du porno, la Beauté est une immense contre-culture.

Conscients du succès insolent du parc vendéen qui présente légitimement la contre-révolution comme le vrai combat de la liberté, certaines personnes à gauche ont tenté vainement de critiquer le Puy du Fou. Malheureusement pour elles, leur fenêtre de tir est étroite, car rien n’y est laissé au hasard. L’écologie est prise en compte, les produits sont locaux, la fauconnerie du Puy du Fou s’engage dans la protection de certaines espèces et le groupe a créé des écoles pour former ses équipes. Par ailleurs, la société par action simplifiée qui gère le grand parc a pour unique actionnaire l’association du Puy du Fou organisant la Cinéscénie. Les bénéfices sont donc entièrement réinvestis dans de nouveaux spectacles ou financent des associations contribuant au Bien commun.

Ce que les Français ne connaissent plus

En définitive, à travers le divertissement, le Puy du Fou insuffle chez ses visiteurs ce qu’ils ne connaissent plus : la France, la Chrétienté et la Beauté.

Le Puy du Fou est un vrai modèle d’entreprise dont tous jeunes réactionnaires devraient s’inspirer. Oui, il est possible de créer une société qui ait une influence positive sur le monde, il est possible de restaurer l’envie d’apprendre l’Histoire et d’estomper l’image négative de la Chrétienté dans notre pays. La Royauté et la chevalerie font encore rêver les enfants, et un parc comme le Puy du Fou, nous permet de rester ces enfants.

Maintenant, à nous et à vous, lecteurs, de réfléchir à ce qui dans notre univers professionnel ou associatif pourrait nous permettre de contribuer au bien commun. L’entrepreneuriat est une possibilité que nous ne devons pas négliger.

Louis-Marie MAUDUIT

1 — Voir https://www.puydufou.com/france/fr/meilleur-parc-dattraction-du-monde-nos-recompenses

2 — Villiers (de) (Philippe). Le Puy du Fou, un rêve d’enfance. Puy du Fou éditions.

0 comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *